contact@alpinevalue.fr     +33 (0)9 50 09 12 27

Glossaire

Thésaurus

L’allocation stratégique est la définition de la composition d’un portefeuille. Il s’agit principalement de sélectionner les différentes gammes d’actifs à inclure à un portefeuille et à les pondérer afin d’atteindre les objectifs fixés par l’investisseur.

Pensé par Michael C. Jensen (1968), l’Alpha est une mesure permettant de calculer la surperformance d’un investissement par rapport au rendement théorique attendu statistiquement. L’Alpha dénote la capacité d’un gestionnaire à apporter de la valeur. Plus l’Alpha est important, meilleure est supposée être la gestion de l’investisseur.

  • Un gérant Alpha est un gérant actif qui cherche à capter un meilleur rendement que celui du marché sans pour autant s’exposer à un risque plus élevé. Le portefeuille d’un gérant Alpha reste toutefois en partie exposé au risque intrinsèque de chaque action qu’il détient.
  • Une stratégie Alpha consiste à sélectionner (stock picking) les titres qui ont un meilleur rendement que le marché à risque égal.

Le Beta est une mesure de risque utilisée dans la gestion de portefeuille qui permet d’évaluer la volatilité d’une action par rapport à la volatilité du marché. Un gérant Beta est un gérant passif qui cherche à s’exposer au risque systématique du marché (le Beta) tout en éliminant le risque intrinsèque d’un titre en particulier via l’effet de diversification. Ceci est rendu possible par l’utilisation des ETFs qui permettent une diversification optimale (à moindre coût) en reproduisant les indices du marché. La gestion Beta (passive) est également appelée gestion indicielle. Une stratégie Beta est une stratégie qui suit les mouvements du marché. Les décisions du gérant consistent à choisir le bon timing pour monter la vague (risk on) et celui pour en sortir (risk off).

Une stratégie de croissance externe d’une société qui procède à des acquisitions d’autres sociétés de son secteur afin de créer des synergies industrielles. Le build-up correspond également à un processus de constitution d’un groupe grâce à des acquisitions successives, le plus souvent par recours à l’endettement.

Conseiller en Gestion de Patrimoine

La dette junior est une dette de subordination par laquelle un prêteur accepte de n’être remboursé qu’à la condition que les autres prêteurs le soient préalablement. La dette junior, ou subordonnée, est remboursée après la dette classique (dette senior). Une dette junior bénéficie en contrepartie soit d’une meilleure rémunération ou soit d’autres avantages qui viennent compléter sa rémunération (exemple option d’achat sur le capital de la société financée).

La dette mezzanine est une dette subordonnée qui, dans un montage de rachat d’une entreprise par endettement, s’interpose entre la dette senior et les capitaux propres. L’investisseur en dette mezzanine n’est remboursé qu’après le remboursement complet de toutes les tranches de la dette senior.

La dette senior correspond à un emprunt bancaire classique (son nom provient du fait qu’elle doit être remboursée avant la dette junior qui ne bénéficie d’aucune garantie particulière). La dette senior se voit attacher une priorité de paiement et de garanties spécifiques par rapport à d’autres dettes dîtes dettes subordonnées.

Le concept de due diligence désigne un ensemble de vérifications qu’opère un investisseur en vue d’une transaction. Une due diligence permet à un futur acquéreur de se faire une idée de la situation précise d’une entreprise avant de se prononcer sur son investissement. Cela peut notamment permettre de vérifier la stratégie d’une entreprise, sa situation fiscale, comptable, sociale, environnementale…

L’Euro PP est un mode de financement récemment arrivé en France. Il est issu du Schuldscheinearlehen apparu au XIXe siècle en Allemagne et qui est un prêt placé auprès d’investisseurs qualifiés au moyen d’un placement privé. Il s’agit d’une opération de financement moyen ou long terme entre un nombre restreint d’investisseurs institutionnels et une entreprise (cotée ou non). Une documentation ad hoc est négociée entre les parties avec en général la présence d’un arrangeur. L’US PP est l’équivalent U.S. des Euro PP et le Schuldschein son équivalent allemand.

ETF est l’acronyme anglais de Exchanged Traded Funds. Ce sont des fonds indiciels cotés en bourse qui répliquent la performance d’un indice, comme par exemple le CAC 40 ou l’Euronext 100. Ce sont des produits simples qui s’achètent et se vendent tout au long de la journée aux conditions instantanées du marché, de la même façon que des actions et pour des frais de courtage identiques. Ils permettent à un investisseur d’acheter un indice boursier au lieu d’acheter un seul titre ou un portefeuille géré par une société de gestion. En plus des avantages de diversification apportés par les ETFs, ceux-ci se caractérisent par un faible coût comparé aux frais de gestion ponctionnés par les sociétés de gestion (gestion active).

Expression anglo-saxonne désignant un investissement permettant d’obtenir des revenus fixes; il peut s’agir par exemple d’obligations. L’action ne fait pas partie de cette classe d’actifs car les dividendes versés peuvent fluctuer d’une année sur l’autre, voire être totalement absents. De plus, les fixed income ne sont pas représentatif de capitaux propres mais de dettes. Les titres fixed income permettent à l’investisseur de se garantir des revenus réguliers. Le secteur du Fixed income (FI) peut être assimilé à la gestion obligataire. En effet, il comprend surtout les instruments financiers de taux d’intérêt et de crédit, qui se présentent sous forme d’obligations et de produits dérivés (swaps). La particularité des instruments financiers compris dans le FI est qu’ils produisent des revenus pouvant être calculés à l’avance, par opposition aux actions, dont les revenus (dividendes) sont fixés exercice après exercice par l’assemblée générale des actionnaires selon la performance des entreprises.

L’approche Core/Satellite consiste à définir pour son portefeuille un coeur, un noyau dur correspondant à son objectif de placement, et des fonds satellites destinés à doper la performance. Le noyau est généralement composé d’ETFs (gestion indicielle) d’actions et obligations gérés passivement. Le satellite est quant à lui composé soit par des actifs alternatifs soir par des actions et obligations gérés activement.

Le terme Hedge fund englobe une variété de fonds utilisant des techniques de gestion non traditionnelles. Bien qu’il n’existe pas de définition légale de ces fonds, on peut les décrire comme des fonds qui ont pour objectif de générer une performance absolue. L’approche utilisée pour atteindre cette performance absolue repose sur les mêmes actifs que les gérants traditionnels mais sur la base de stratégies différentes. Les hedge funds sont des véhicules financiers flexibles, à l’achat comme à la vente et ce, sur n’importe quel marché et avec des effets de levier très importants (plusieurs fois la taille du fonds).

Les High Yield sont des émissions obligataires qui proposent un fort rendement en contrepartie d’un haut niveau de risque. Les émetteurs concernés sont souvent des sociétés avec un rating faible (sub-investment grade).

Les titres investissables ou investment grade correspondent aux obligations émises par les emprunteurs qui reçoivent une note allant de AAA à BBB- par les agences de notation, selon l’échelle de Standard & Poor’s. Elles s’opposent aux « non-investment grade », également appelées « speculative grade » ou « high yield » (haut rendement), bien plus risquées mais conférant un retour plus substantiel (notes allant de BB+ à D selon Standard & Poor’s).

L’IPS est le terme anglais pour désigner une charte d’investissement. Cette charte, rédigée suite aux échanges entre l’investisseur et son conseiller, se compose principalement de deux grans blocs. Le premier traite des besoins et objectifs des investissement à réaliser mais également du profil de risque de l’investisseur. Il débouche généralement sur un objectif de rendement à atteindre et un niveau de risque à ne pas dépasser. Le deuxième bloque décrit la stratégie d’allocation d’actifs à mettre en place pour arriver à atteindre l’objectif de rendement/risque stipulé en précisant le pourcentage des gammes d’actifs considérés dans le portefeuille mais également les contraintes devant être respectées telles que liquidité, horizon d’investissement et autres.

Le Leverage Buy Out (LBO) est un montage permettant le rachat d’entreprise avec le recours à l’endettement bancaire. Le LBO repose sur composition de dettes (financement structuré) avec différentes priorités de remboursement (dettes senior, junior…).

Un Management Buy Out ou opération de rachat d’une entreprise par les salariés, consiste en une opération par laquelle l’équipe dirigeante acquiert le contrôle d’une entreprise (achat d’actions ou d’éléments d’actif) au moyen d’un emprunt et/ou en coopération avec des investisseurs externes ou internes.

Il s’agit d’un modèle de valorisation des entreprises basé uniquement sur la capacité d’une société à générer des dividendes.

Le pacte Dutreil octroie une exonération de 75% des droits de mutation à titre gratuit dans le cadre de la transmission d’une entreprise familiale ou d’une société sous réserve du respect de certaines conditions.

Le Private Equity ou capital investissement est la prise de participation dans le capital d’une entreprise non cotée en bourse.

Le retainer correspond à une avance sur honoraires qui ne varie pas en fonction du résultat obtenu par opposition aux success fees qui représentent généralement la partie de la facturation liée au succès d’une opération.

Une forme de scission d’entreprise consistant à créer une nouvelle société totalement indépendante à partir d’une branche d’activité existant préalablement au sein d’un groupe.

Un test de résistance consistant à simuler des conditions économiques (de marché) et financières extrêmes mais plausibles afin d’en étudier les conséquences sur une entreprise et de mesurer sa capacité de résistance à de telles situations. Ces tests sont souvent menés dans un contexte de levée de financements conjointement à des analyses de sensibilité.

La structuration du capital désigne la répartition du capital d’une entreprise entre fonds propres et dette.

Le « Value investing », l’investissement dans la valeur, consiste à acheter un actif mobilier (par exemple une action) ou immobilier à une fraction de sa valeur intrinsèque. En somme, on investit à une valeur décotée. Benjamin Graham a développé cette méthode dans deux ouvrages « Security Analysis » et « The intelligent investor », Warren Buffet a perfectionné et adopté cette méthode dans la gestion de ses affaires.

On parle de track record pour désigner les performances et réalisations passées d’une équipe de gestion ou d’un gérant de portefeuille.

Le trading qualifie des opérations d’achats et de ventes sur différents types d’actifs pour de très courtes durées ayant pour finalité la réalisation d’un profit. Ces opérations ont le plus souvent un caractère spéculatif. Le multiplication d’opérations de trading peut aussi être destructeur de valeur.

La volatilité correspond à l’amplitude des changements de déviations d’une valeur de sa moyenne. En d’autres termes, la volatilité est la propension d’un actif financier à s’écarter de son cours moyen sur une période donnée. C’est une des mesures les plus utilisées pour qualifier le niveau de risque d’un actif financier.